Vous avez 2 minutes

24 11 2008

2 minutes : c’est en effet le temps qu’il nous faut pour décider de répondre ou non à notre interlocuteur et aussi, de la manière dont nous allons lui répondre. Dans le même temps, celui (ou celle) en face de vous suit le même processus.

Au cours d’un séminaire, dans les couloirs du métro ou plus simplement en allant chez votre boucher vous avez rencontré et communiqué avec des personnes compétentes, intelligentes, agréables…

Cependant au premier abord, au premier contact quelque chose a fait que… ce n’est pas ce que vous retiendrez de ces personnes et, quand on sait à quel point la 1ère impression détermine la qualité de la relation à venir… ça engage mal !

Lors d’une première rencontre, au delà de notre raison, ce sont nos sens qui se mobilisent pour « évaluer l’autre »

Quand on prend le temps d’y réfléchir, ça peut faire peur cette histoire de 1ère impression…

La 1ère impression donne le ton de la réussite, bien plus que la classe sociale, les recommandations, l’instruction ou la note de restaurant

Rassurez vous. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et cela peut même devenir une véritable partie de plaisir dès lors que l’on prend conscience que faire bonne impression ma foi, c’est assez simple à mettre en oeuvre.

Communiquer est à la portée de chacun. C’est d’abord un état d’esprit.

En effet, avant toute chose, faire le tri et décider d’offrir à la relation seulement ce qui est utile pour donner envie à notre interlocuteur de poursuivre sa relation avec nous.

Je m’explique.

Nous ne sommes pas à l’abri d’une humeur chagrine (voire mauvaise) certes !

Dans ce cas : on respire et on sourit, on s’ouvre (redresser les épaules et lever le menton), on se remémore 1 ou 2 idées confiantes et optimistes et c’est gagné !

Pas question de tricherie dans l’attitude que l’on offre, juste une attention particulière de l’image de soi, une adaptation à notre interlocuteur pour être efficace et agréable dans la relation.

C’est du bon sens, quand les gens vous trouvent sympa, ils voient le meilleur en vous.

Les dés sont jetés !

Publicités




Jeux de rôles

14 11 2008

Vous êtes vous déjà demandé combien de fois par jour vous avez affaire à des gens qui ne s’aperçoivent pas de votre présence et qui ne vous regarde pas ?

Vous même, vous souvenez vous de la couleur des yeux de votre dernier interlocuteur ?

Une manière efficace (et pratique) d’établir la connexion avec les autres, c’est de les regarder dans les yeux. Lorsque vous rencontrez quelqu’un, regardez le dans les yeux et… souriez !

C’est le moyen le plus économique et le plus facile qui soit d’entrer en contact avec une personne (vos clients, votre boss, votre voisin ou votre voisine, votre charcutier (pour vous assurer les meilleurs morceaux), la boulangère (pour la baguette croustillante même le dimanche après 11 h)…

Vous savez pourquoi : parce que ça donne de vous l’image d’un individu qui porte un certain intérêt à l’autre.

L’autre raison évidente (plus technique certes) c’est que votre message est transporté par votre voix et que votre voix se dirigera naturellement là où les yeux l’emmèneront !

Qu’est-ce que ça déclenche en vous lorsqu’une personne à qui vous vous adressez porte ses yeux sur autre chose ?

A votre avis, il vous écoute ? Est-ce qu’il fait attention à ce qui vous êtes entrain de lui dire ? Au fait, est-ce qu’il vous apprécie ?

Le regard n’est sans doute pas le seul moyen pour entrer en contact avec les autres mais montrez vous sous votre meilleur jour : SOURIEZ et le monde sourit avec vous. Quand vous souriez vous dites : “je suis accessible”, “j’ai de l’assurance”.

Les attitudes sont contagieuses.

Vous savez ce que font les gens qui s’entendent bien avec les autres ?

Ils se synchronisent c’est à dire qu’ils les imitent pour être en harmonie. Pensez  « caméléon ».

Cela fait partie des prédispositions naturelles de l’être humain à adopter des comportements synchrones et réciproques. C’est ancré dans notre cerveau.

Nous avons acquis les bonnes manières en imitant les personnes qui nous entourent. Nous aimons les gens qui nous ressemblent, ça nous rassure, ça nous met à l’aise !

Ce phénomène s’appelle la synchronisation. Nous nous synchronisons inconsciemment avec les autres depuis notre naissance. Nous pouvons le faire consciemment.

C’est aussi simple que ça :

nous devons nos plus grands succès au fait de nous adapter aux situations.